Produire

Planter ] Entretenir ] [ Produire ] Rénover ] Récolter ]

 

 

Accueil ] Remonter ]

 

 

 

Notre objectif est la culture de la plantation pour améliorer et maintenir la production truffière. En effet, la production ayant débuté, notre objectif est que celle-ci soit optimum et dure le plus longtemps possible.

1. Pourquoi et comment travailler le sol ?

Le travail du sol a pour but l’obtention de truffes plus grosses dans un milieu aéré, vivant, et doté d’une bonne réserve en eau. Des expériences ont montré qu’il ne permettait pas de déclencher la production truffière.

  • Il est réalisé avec des outils à dents (tractés ou manuels) au printemps, avec un sol ressuyé, et sur une épaisseur de 5 à 10 cm.

  • Le travail manuel (outil à 3 ou 4 dents dénommé bigos) sur les très bons arbres producteurs est à préférer en prenant la précaution de ne pas casser les racines. S’il est effectué sans retourner le sol, simplement en le soulevant pour augmenter son aération, le travail du sol peut être très tardif, c’est-à-dire jusqu’à la fin juin.

2. Comment protéger les truffes du manque d’eau ?

L’arrosage des truffières est une pratique difficile qui ne fait pas l’unanimité. Cependant, au-delà d’un certain seuil de sécheresse la truffe meurt. Deux solutions s’imposent : retarder le seuil de sécheresse par la couverture du sol ou apporter de l’eau.

Nous donnons quelques règles pour l’arrosage qui doit être effectué en fonction du cycle de la truffe sachant que la période la plus sensible se situe au mois d’août et que les truffes sont résistantes à la sécheresse (20 à 25 jours en moyenne, voire plus). Enfin, notre opinion basée sur l’expérimentation est qu’il ne faut arroser que les arbres bons producteurs ; l’arrosage des autres arbres petits producteurs ou stériles semble inutile voire dans certains sols (argileux) néfaste à une évolution positive des résultats de la plantation.

Micro-aspersion sous noisetier

  • En juillet, l’arrosage peut avoir lieu tous les 25 jours (20 à 25 mm).

  • En août, tous les 15 à 20 jours (20 à 25 mm) (voir Guide pratique pour plus de précisions).

  • En septembre, tous les 20 à 25 jours (20 à 25 mm).

  • La couverture du sol avec des branchages permet d’allonger la période de résistance des truffes à la sécheresse.

  • La nature du sol (sableux ou argileux) et les conditions climatiques déterminent la réserve en eau du sol et la méthode d’arrosage.

3. Pourquoi la taille et quels arbres tailler ?

En l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible d’établir un lien raisonnable entre la taille de l’arbre hôte et la production de truffes même si l'on constate que les bons arbres producteurs en sols superficiels ont un rayon du brûlé égal à une fois et demi environ celui de la frondaison. La taille est principalement raisonnée par rapport aux conditions d’ensoleillement de la plantation et de compétition nutritionnelle du champignon dans son environnement. Elle peut l'être aussi pour donner (empiriquement) de l'ampleur au brûlé par rapport à l'arbre.

  • Tailler d’abord les arbres qui ne produisent pas pour donner de la place aux producteurs.

  • Tailler plus tard les arbres producteurs pour conserver la pérennité de la production.

4. Contre quels ravageurs ou parasites se protéger ?

  • Protéger la parcelle contre les sangliers (clôture électrique, treillis soudé de fer à béton) surtout quand les arbres sont arrosés en été.

  • Traiter les chenilles défoliatrices en cas d’invasions importantes.

5. Comment fertiliser et amender ?

  • L’amélioration de l’activité biologique du sol par la pose de branchages est favorable à la nutrition des truffes. Des apports de terre sur des brûlés producteurs au sol superficiel sont bénéfiques.

  • A partir de l’analyse de terre, corriger les carences éventuelles.

  • La fertilisation organo-minérale pour améliorer la production truffière est encore réalisée dans un cadre expérimental. Nous recommandons de fertiliser dans ce cadre par poquet, c’est-à-dire de ne pas répandre de fertilisant sur tout ou partie du brûlé. Le résultat à craindre est sa régression avec la disparition de la production.

Pour plus d'informations, consulter le Guide pratique de trufficulture